Mythe absolu

Un mythe absolu est un récit élaboré et diffusé dans un but de propagande politique, dont le caractère fallacieux provient du caractère mensonger des faits censés prouvés la thèse alléguée.

Mythe relatif et mythe absolu

Mythes relatifs et mythes absolus sont tous deux des récits fallacieux élaborés et diffusés dans un but de propagande politique. Le mythe absolu est une invention totale composée d’éléments imaginaires. Le mythe relatif, quant à lui, se compose partiellement ou totalement d’éléments factuels avérés, et sa fausseté provient de l’occultation de la masse de faits invalidant la thèse alléguée ou sous-entendue par le mythe.

Le mythe absolu est intrinsèquement faux car composé d’éléments mensongers, tandis que le mythe relatif est faux parce qu’il présente des faits vrais sous une focale déformante et fallacieuse.

Exemples de mythes absolus

  • Le mythe de la masturbation qui rend sourd (ou qui causerait toutes sortes de dégâts sur la santé) est une histoire totalement mensongère visant à donner une légitimité pseudo-médicale à la volonté des conservateurs chrétiens d’interdire toute sexualité non-procréative.
  • Le mythe de la femme vaginale et de la femme clitoridienne est un mythe misogyne totalement invalidé par la science. Ce mythe pathologise l’anatomie et la physiologie de la majorité des femmes, présentant un trait commun à pratiquement toutes les femmes (la possession d’un clitoris) comme une « immaturité », un défaut de développement psychique. La fonction de ce mythe est de diffuser une vision phallocentrée de la sexualité féminine : la femme qui jouit sans recourir à un phallus est présentée comme inférieure, anormale, comme si le comble de l’accomplissement féminin ne pouvait être atteint que par l’accueil d’un phallus.

 

Barre latérale