Manipulation unanimiste

La manipulation unanimiste est une technique de manipulation politique consistant pour une organisation politique à communiquer auprès grand public ligne floue, la plus large possible, consensuelle (telle que « notre collectif se bat contre toutes les violences faites aux femmes »), pour profiter d’un maximum d’adhésions, de dons et de relais, dans le but de disposer d’important moyens servant en réalité à faire avancer une ligne politique précise, beaucoup plus clivante, dont la plupart des membres et soutiens de l’organisation n’ont jamais entendu parler (comme par exemple le soutien à la doctrine théologicopolitique de l’islam). La manipulation unanimiste intervient en contexte de tyrannie de l’informel.

Exemples

Le collectif #NousToutes, créé en 2018 par Caroline de Haas, s’est attiré de nombreuses adhésions en se présentant comme un collectif « informel », « ouvert à toutes et à tous », « a-partisan », sans ligne fixe (« Chacune et chacun peut signer des tribunes ou appels de son choix, en son nom »), et « uniquement centré sur la lutte contre les violences sexistes ou sexuelles » 1Source : site officiel de #NousToutes. Le nom même de « Nous Toutes » renvoie à une unanimité autour d’un consensus.

Pourtant, à de multiples reprises, le collectif a exclu et censuré des militantes féministes pour les punir d’avoir exprimé des opinions s’écartant des normes de l’extrême-gauche déconstructionniste et de l’agenda militant trans d’extrême-gauche. Le 6 janvier 2022, #NousToutes a publié un communiqué anonyme annonçant sa décision de ne plus relayer le décompte des féminicides réalisé par un groupe de féministes, en alléguant la « transphobie » d’un tweet publié par ce groupe, qui attribuait « le harcèlement et le dénigrement » qu’il subissait de la part de certaines militantes trans à des restes « des aspects toxiques de leur masculinité antérieure ».

Notes et références

Barre latérale